Un pont à péage sur la rivière des Mille Îles en 1835

Comme quelques-unes de nos chroniques, c’est tout à fait par hasard que nous sommes tombés sur cet article de fait divers dans La Minerve du 16 février 1835. Nous en faisons l’objet de notre chronique cette semaine, d’abord en raison de la curiosité de la chose et ensuite parce que ses acteurs eustachois étaient impliqués de près ou de loin dans les événements de 1837.

Le projet dont il est question est la construction d’un pont à péage sur la rivière des Mille Îles, entre les paroisses de Sainte-Rose sur l’île Jésus et Saint-Eustache sur la rive nord.

L’initiative de ce projet relève de l’arpenteur Hyacinthe Lemaire dit Saint-Germain (beau-père de Maximilien Globensky) et du marchand William Henry Scott, tous deux de Saint-Eustache.

L’article mentionne entre autres que l’éventuel pont doit avoir une hauteur de huit pieds « au-dessus des eaux hautes ». Enfin, on y propose notamment un coût de deux schellings et demi pour tous « carrosses ou autre voiture à quatre roues, chargés ou non chargés, avec un cocher et quatre personnes ou moins, tiré par deux chevaux ou plus, ou autre bêtes ».

On fixe le prix à un schelling et neuf deniers « pour chaque calèche, cabriolet à deux roues, ou carriole ou autre voiture semblable ». Le taux sera de quatre deniers pour chaque personne à cheval et de deux deniers pour chaque piéton. Cet avis public est parallèlement envoyé à la législature bas-canadienne pour une enquête approfondie. Nous poursuivons nos recherches afin de trouver de plus amples détails dans cette affaire.

Ce contenu a été publié dans Généraux, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *