1837 : Premier éclairage au gaz à Montréal

Eh oui! Plusieurs de nos lecteurs seront peut-être surpris d’apprendre que 1837 marque la première année de l’éclairage au gaz à Montréal. Afin de mieux comprendre les balbutiements de cette entreprise d’envergure, remettons son histoire dans un contexte élargi.

C’est le chimiste français Philippe Lebon qui invente l’éclairage au gaz en 1799. Par la suite, l’industriel écossais William Murdoch étend le concept en milieu urbain si bien que le premier éclairage au gaz, obtenu par la distillation du bois, se déroule à Londres le 16 août 1807.

Vers 1815, on observe l’apparition du réverbère à l’huile de baleine dans les rues de Montréal. À compter de 1818, l’éclairage aux lampes à l’huile se généralise. C’est en 1836 que le britannique Robert Armstrong obtient une charte de la l’Assemblée législative qui lui permet ainsi de créer une compagnie qui devait fournir l’éclairage au gaz à la ville de Montréal pour 21 ans : la Compagnie de l’éclairage par le gaz de Montréal. L’un des premiers à s’impliquer au sein de ce nouveau service public est l’homme d’affaires John Molson qui est d’ailleurs nommé président de la Compagnie de l’éclairage par le gaz de Montréal en 1836. La société d’actions s’appuie alors sur un capital qui s’élève à 36 000 £. On construit aussi une usine à gaz à Montréal au coût de 15 000 £ dont la gérance est confiée Albert Furniss. Les autres actionnaires de la compagnie sont John Strang, Hugh Robertson et Joseph Masson, seigneur de Terrebonne.

Nous disions en introduction que le premier éclairage au gaz à Montréal remonte à 1837; l’année du début des troubles politiques au Bas-Canada. Encore plus intéressant : c’est le 23 novembre 1837 que s’allument les premiers becs à gaz à Montréal, soit la même journée que l’historique bataille de Saint-Denis où les patriotes du docteur Wolfred Nelson repoussent les troupes anglaises de Gore. Bref, une journée fort chargée dans l’histoire du Québec! Selon l’auteur et historien Robert Prévost, « Montréal est probablement la première ville canadienne à bénéficier dès 1838 de l’éclairage de ses rues. L’un des premiers réverbères orna le parvis de l’église Notre-Dame ».

En 1841, Joseph Masson met sur pied la City of Toronto Gas Light and Water Company. Dans la meme veine, dès l’année suivante il fonde à Québec une compagnie similaire avec John Strang : la Compagnie de l’eau et de l’éclairage au gaz de Québec. Selon le site Internet de Gaz Métropolitain, Montréal compte 302 becs à gaz en 1845. Toutefois, à la suite de divers problèmes financiers, la Compagnie de l’éclairage par le gaz de Montréal est « absorbée » en 1848 par la Nouvelle Compagnie du gaz de la cité de Montréal fondée un an auparavant par Thomas et William Molson.

En 1840, Montréal dénombre 183 réverbères dont 150 fonctionnent au gaz. Entre-temps, un Comité d’éclairage est créé à Montréal le 14 septembre 1840 par une résolution du Conseil de ville. La première séance de ce Comité se déroule le 7 janvier 1841. Sa dernière séance a lieu le 11 janvier 1898 alors qu’il est intégré au Comité du feu le 14 février 1898 pour ainsi constituer la Commission des incendies et de l’éclairage. Selon le fonds du Comité d’éclairage contenu aux archives de la ville de Montréal, « le mandat du Comité d’éclairage est de prendre en charge l’éclairage des endroits publics et des rues de la ville de Montréal ». Le Conseil de ville choisit les membres des commissions échevinale parmi les élus, à l’issue de chaque élection ».

De plus, on note la fondation en 1849 de la New City Gas Company of Montreal qui doit fournir l’éclairage au gaz à la ville de Montréal. Le célèbre journaliste satirique Napoléon Aubin est aussi très impliqué dans ce type d’énergie. Durant un séjour aux États-Unis de 1853 à 1863, il met au point un nouveau procédé d’éclairage au gaz qui fait d’ailleurs l’objet d’un brevet et d’un article publié en 1858 dans la revue Scientific American (New York). Par surcroît, il est nommé inspecteur du gaz pour la ville de Montréal en 1875 et parcourt le pays comme conseiller en éclairage des villes.

Depuis 1880, la ville de Montréal est éclairée par des lampadaires électriques dont le procédé (la lampe incandescente) est inventé, comme tout le monde le sait par l’industriel américain Thomas Edison en 1879. « Malgré l’avènement de l’électricité, il restait encore 600 réverbères au gaz dans les rues de Montréal en 1903 ».

 

RÉFÉRENCES :

Archives de Montréal, Fonds du Comité d’éclairage, VM51.

DUBUC, Alfred et Robert Tremblay. « John Molson », Dictionnaire biographique du Canada, volume VIII, pages 698-703.

GAGNON, Serge. « Napoléon Aubin », D.B.C., volume XI.

La Minerve, 24 juillet 1828.

OUELLET, Fernand. « Joseph Masson », D.B.C., volume VII, pages 642-646.

PRÉVOST, Robert. Il y a toujours une première fois. Éphémérides des premiers événements québécois. Montréal, Stanké, 1984.

Site Internet de Gaz Métropolitain.

Ville de Montréal, communiqué sur le réseau d’éclairage, Politique d’Éclairage Ville de Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *