La chronique de Jonathan – 15

Saviez-vous que…

Les qualités acoustiques et sonores de l’église de Saint-Eustache amènent son lot de problèmes lors de certains enregistrements, notamment durant l’œuvre de Gershwin, Rhapsody in Blue, en juillet 1988. L’histoire met vedette André Moisan, clarinette-basse et saxophone pour l’OSM depuis 1977, alors surnuméraire, et Louis Lortie, célèbre pianiste classique canadien.

D’après les aveux d’André Moisan, il fut extrêmement difficile de coordonner son solo de clarinette avec le solo de piano de son acolyte. Il faut savoir que les deux musiciens étaient positionnés complètement à l’opposé l’un de l’autre ; le piano étant situé tout juste derrière le chef d’orchestre tandis que la clarinette était située à l’autre bout de l’orchestre, vis-à-vis les timbales.

En raison de l’acoustique et surtout de la réverbération du son dans l’église, les deux musiciens ne pouvaient s’entendre. Moisan tentait de suivre le battement de mesures des mains de Dutoit, mais ces derniers ne concordaient pas avec le son perçu qui arrivait « en retard » à son oreille. Il a donc tenté de joué instinctivement, presqu’au hasard, afin de se synchroniser avec le piano. Ce fut une réussite puisque le morceau est une pièce d’anthologie du répertoire de l’OSM depuis.  Pour cause, il remporte en 1990 le prix Félix (ADISQ) du microsillon de l’année, catégorie Instrumental.

Photos : OSM à l’église de Saint-Eustache, mai 1983, photographe inconnu. Pochette de l’album de Gershwin, Rhapsody in blue, An American in Paris, par l’OSM.

Les commentaires sont fermés.