Les rébellions de 1837-1838 vues par Jules Verne

Tout le monde connaît les classiques de ce prolifique écrivain. Pensons notamment à Voyage au centre de la terre, Michel Strogoff, De la terre à la lune, et surtout Vingt mille lieues sous les mers ou Le tour du monde en quatre-vingts jours. Jules Verne naît le 8 février 1828 à Nantes en France et décède dans sa maison d’Amiens le 24 mars 1905. Il est le fils de Pierre Verne et de Sophie Allotte de la Fuÿe. Diplômé en droit en 1849, il fréquente rapidement les milieux littéraires.

Grand passionné d’astronomie, de géographie et de mathématique, il est sans contredit l’inventeur de la science-fiction moderne et « le précurseur de la fusée interplanétaire, du sous-marin, de l’hélicoptère, du radar, de la télévision et du satellite ». Peu de gens savent toutefois que le légendaire auteur a écrit un roman historique basé sur les rébellions de 1837-1838.

Intitulé Famille-Sans-Nom, cette grande fresque historique est rédigée en 1888 et publiée l’année suivante. Ce n’est évidemment pas le plus important roman de Verne, mais sûrement celui qui peut le plus intéresser le lecteur québécois. L’ouvrage contient par ailleurs plus de 80 illustrations magnifiques par l’artiste Georges Tiret-Bognet.

Sur une toile de fond historique, Verne crée un personnage fictif, Jean-Sans-Nom, qui soulève son peuple afin de racheter la trahison de son père. Ce qui est fort intéressant pour le lecteur, c’est d’y retrouver les lieux existants tels que Montréal, Saint-Charles, le comté des Deux-Montagnes, Sainte-Scholastique et Québec. Verne mentionne aussi les Louis-Joseph Papineau, John Colborne, et autre Wolfred Nelson, tout en relatant l’assemblée des Six Comtés tenue à Saint-Charles le 23 octobre 1837, l’escarmouche des Fils de la liberté et du Doric Club survenue le 6 novembre 1837 dans les rues de Montréal, ainsi que les différentes batailles de 1837.

Il est fort à parier que Verne eu recourt au classique de Laurent-Olivier David – Les Patriotes de 1837-1838 – publié en 1884 et dans lequel on y énumère les principaux affrontements de 1837 et 1838. Ceci étant dit, Famille-Sans-Nom demeure un ouvrage divertissant et un beau récit à découvrir aux éditions Stanké (1999). Sa conclusion significative se termine d’ailleurs par ces mots : « Glorifier le dévouement, c’est créer des héros ».

Dans le cadre du centième anniversaire du décès de Verne, le Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal Pointe-à-Callière a présenté du 1er novembre 2005 au 20 avril 2006 l’exposition Jules Verne, le roman de la mer, adaptée de l’exposition récemment présentée au musée national de la Marine à Paris, et réalisée à Montréal, en collaboration avec Amiens Métropole et la ville de Nantes.

Référence :

VERNE, Jules, Famille-sans-nom, Montréal, Stanké, réédition, 1999, 404 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *