Césaire Germain, un « vire-capot » de l’île Jésus ?

Césaire Germain naît à Saint-Vincent-de-Paul sur l’île Jésus en 1808. Il est le fils de Jean-Baptiste Germain et de Marie Dusablé. Il épouse Zoé Pépin, fille de Joseph Pépin et de Charlotte Stubenger, à Saint-Vincent-de-Paul le 5 juillet 1830 avec qui il a plusieurs enfants dont Césaire-Ernest, notaire à Montréal en 1862.

Germain fait sa cléricature sous la tutelle de Jean-Baptiste Constantin et est reçu notaire le 6 avril 1830. Personnalité publique très active dans la paroisse de Saint-Vincent-de-Paul sur l’île Jésus, Césaire Germain est nommé le 2 mars 1832 premier inspecteur d’écoles pour les comtés de Terrebonne et Deux-Montagnes. Pour cette tâche, on lui octroie 600$ par an. En 1855, son salaire passe à 875 $ et son territoire comprend 110 écoles réparties dans 38 municipalités. La même année, il est élu premier maire de la municipalité de Saint-Vincent-de-Paul. Le 1er avril 1858, il fonde une conférence des instituteurs de son district lors d’une réunion tenue chez lui. Il fait alors un discours sur l’importance du progrès dans l’éducation publique au pays et les avantages des associations d’instituteurs. Puis, le 19 août 1873, il prend part au premier congrès des inspecteurs d’écoles tenu à l’école normale de Laval, sous la présidence du ministre de l’instruction publique, Gédéon Ouimet.

Son rôle politique est d’autant plus marquant lors des rassemblements politiques tenus dans sa région à la suite de l’adoption des 92 Résolutions par la Chambre d’assemblée en février 1834. Ainsi, il est nommé au sein du Comité permanent du comté de Terrebonne pour la paroisse de Saint-Vincent-de-Paul avec notamment le docteur Joseph Pratte, lors d’une assemblée publique tenue à Terrebonne le 13 mars 1834.

On le retrouve ensuite à une assemblée qui se déroule à Saint-Martin, le 12 juin 1836, sous la présidence de François Coyteux, où il propose la 5e résolution qui dénonce l’opposition du Conseil législatif face au progrès de l’éducation au Bas-Canada.

Germain est par la suite présent le 11 juin 1837 à Sainte-Rose lors d’un autre rassemblement patriote où il est nommé sur un comité de délégués pour la paroisse de Saint-Vincent-de-Paul. Il est aussi nommé sur un autre comité pour sa paroisse lors d’une assemblée tenue à l’hôtel Reeves de Terrebonne le 13 août 1837 sous la présidence d’Antoine Dumas. Enfin, le 12 novembre 1837, il assiste à une assemblée présidée par le docteur Joseph Pratte à Saint-Vincent-de-Paul où il fait un discours.

Germain semble toutefois changer d’allégeance par la suite. En effet, il est cosecrétaire avec Pratte d’une assemblée constitutionnelle tenue à Saint-Vincent-de-Paul, mardi le 12 décembre 1837. Il y propose la 4e motion où l’on décide de présenter une adresse au gouverneur Gosford dans le but d’être acheminé à sa majesté. Cette mesure vise surtout à mettre à l’abri les habitants de sa paroisse à d’éventuelles sanctions militaires.

Le notaire Germain rallie le camp loyal à l’aube des journées cruciales de novembre et décembre 1837. Aux dires de l’historien Gilles Laporte, « avec la détérioration de la crise politique, le docteur Pratte et le notaire Germain se détachent du mouvement et changent d’allégeance, entraînant avec eux toute une clientèle de cultivateurs et de petits marchands de Saint-Vincent-de-Paul. On pense par exemple au beau-père de Césaire Germain, le sculpteur Joseph Pépin, capitaine de milice, et à son fils aîné Zéphirin, notaire, qui seront néanmoins arrêtés le 30 novembre ». Le notaire Césaire Germain meurt à Saint-Vincent-de-Paul le 16 avril 1874.

Références :

AUCLAIR, abbé Elie-J., Saint-Vincent-de-Paul de l’île Jésus, 3e série, 1932, tome XXV.

AUDET, Louis-Philippe, « Germain, Césaire », DBC, Québec, Les Presses de l’Université Laval, Sainte-Foy, volume X.

La Minerve, 20 mars 1834, 15 juin 1837, 14 août 1837, 16 novembre 1837.

LAPORTE, Gilles, Patriotes et Loyaux. Leadership régional et mobilisation politique en 1837-1838, Sillery, Septentrion, 2004, 415 p.

Le Canadien, 20 juin 1836.

Le Populaire, 15 décembre 1837.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *