Benjamin Joannette

Benjamin Joannette naît selon toutes vraisemblances à Saint-Martin, sur l’île Jésus, le 7 février 1788. Il est baptisé en cette paroisse dès le lendemain. Il est le fils de Noël Joannette et de Catherine Brone. On lui connaît au moins deux frères, Joseph-Amable et Noël, dont certains documents prouvent aussi l’implication dans les troubles politiques de 1837 dans le comté des Deux-Montagnes.

Benjamin Joannette épouse Marie Braseau (ou Brosseau, ou Brousseau) à Saint-Benoît le 3 novembre 1818. Cette dernière est la fille de Joseph Braseau et de Marie Préjean. Selon le recensement de 1842, Joannette est un cultivateur de la côte Saint-Joseph à Saint-Eustache (aujourd’hui à Saint-Joseph-du-Lac).

Contrairement à ses deux frères, Benjamin Joannette ne semble pas prendre une part active aux divers rassemblements qui se déroulent dans le comté des Deux-Montagnes entre 1834 et 1837.

Le seul et unique fait d’arme de Joannette concerne le raid d’Oka. En effet, dans une déposition datée du 5 décembre 1837, Hyacinthe Larocque, journalier à Saint-Eustache, accuse Benjamin Joannette d’avoir participé à l’expédition des patriotes de Saint-Eustache menée sur la mission du Lac des Deux-Montagnes (Oka) au matin du 30 novembre 1837. Le groupe, sous le commandement d’Amury Girod et Jean-Olivier Chénier, cerne d’abord le comptoir de la Baie d’Hudson, puis le presbytère du curé Nicolas Dufresne, dans le but d’y perquisitionner les armes disponibles. Malgré la prise d’un petit canon et quelques pourparlers plutôt froids avec les Amérindiens de l’endroit, la troupe revient relativement bredouille de son expédition.

C’est probablement en raison de sa participation à cet événement que Joannette est considéré comme étant compromis dans la rébellion par le curé Jacques Paquin de Saint-Eustache qui réalise un recensement de l’allégeance politique de ses paroissiens en 1839. Enfin, dans une liste datée du 11 septembre 1839, il est aussi qualifié de patriote par Jean-Baptiste Paquin, son propre capitaine de milice qui réalise un inventaire semblable.

Son implication dans les troubles de 1837 à Saint-Eustache demeure donc très limitée. Aucun document ne nous prouve une quelconque participation de sa part au combat du 14 décembre 1837. Benjamin Joannette s’éteint à Saint-Eustache le 14 décembre 1850 à l’âge de 62 ans. Il est inhumé dans le cimetière paroissial deux jours plus tard.

Références :

BAC, Feddocs, Lower Canada Rebellion looses claims 1837-1855, Project no 19-2, RG 19, series E-5-B (R200-113-0-F), volume 5482, no 190.

BAC, recensement de 1842, County of the Lake of Two-Mountains, St.Eustache Parish, bobine C-728.

BAnQ, « Documents relatifs aux événements de 1837-1838 », Fonds Ministère de la justice, M-165-2, no 796, déposition d’Hyacinthe Larocque, 5 décembre 1837.

PAQUIN, Jacques, « Tableau politique », La Revue des Deux-Montagnes, annoté par Claude-Henri Grignon, no 5, octobre 1996, p. 43-65.

Répertoire des Actes de baptêmes, mariages et sépultures (R.A.B.), P.R.D.H.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *