La manoir Globensky de Terrebonne

Plusieurs ne sont peut-être pas sans connaître l’existence d’un manoir Globensky à Terrebonne. Nos propos sont cette semaine tirés de l’ouvrage d’Yvon Globensky : Histoire de la famille Globensky. Né à Saint-Eustache en 1838, Léon-Alphonse Globensky est le fils de Léon Globensky, peu impliqué dans les événements de 1837, et de Marguerite-Angélique Limoges. Il est le neveu de Maximilien, Frédéric-Eugène, Hubert et Hortense Globensky.

Léon-Alphonse Globensky est courtier en immeubles à Montréal pour la Globensky et Hill Jones Ltée. Il fonde en 1894 le premier journal hebdomadaire de langue française à Montréal nommé Les Nouvelles.

Marié en premières noces à Alvina Defoy le 3 juillet 1872 à Québec, il épouse en secondes noces Cécile Burroughs à Montréal au début de 1913. Elle est la veuve de l’honorable Roderick Masson, lieutenant-gouverneur de la province de Québec et le fils de Joseph Masson, seigneur de Terrebonne. C’est ce Roderick Masson qui hérite du manoir construit en 1801, situé sur le côté sud de la rue Saint-Louis à Terrebonne, qui appartenait à l’origine à Rodrigue McKenzie de la Compagnie du Nord-Ouest. C’est donc à partir du mariage de Globensky et Burroughs que le manoir porte le nom de Globensky.

À la suite du décès de Globensky le 30 mars 1913 en ce lieu à l’âge de 72 ans, sa veuve habite l’imposante résidence durant une trentaine d’année.

Dans les années 1950, un incendie ravage une partie de la maison, celui-ci étant causé « par des enfants qui s’étaient introduits dans le manoir par le tunnel qui reliait le manoir à un caveau à légumes ». Beaucoup plus tard, le manoir sera racheté par M. Antonio Clark de Terrebonne qui le rénove et le convertit en logements.

Référence :

GLOBENSKY, Yvon, Histoire de la famille Globensky, Montréal, Éditions du Fleuve, juin 1991, 414 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *