Ignace Dumouchel

Le marchand et patriote de Rigaud Ignace Dumouchel naît à Sandwich (Windsor) dans le Haut-Canada le 25 novembre 1791. Il est le fils de Louis-Vital Dumouchel et de Magdeleine Goyau. Il est le frère cadet de Jean-Baptiste Dumouchel, marchand de Saint-Benoît.

Il arrive à Saint-Benoît le 2 novembre 1809 où il travaille au commerce de son frère Jean-Baptiste. À 21 ans, il participe en qualité de capitaine de milice à la guerre contre les Américains en 1812. De juin 1816 à juillet 1822, il est marchand dans la région de Belle-Rivière. Il se marie d’abord à Saint-Eustache le 1er février 1820 avec Félicité Girouard, sœur du notaire Jean-Joseph Girouard. Puis, vers 1823, il s’établit à Rigaud où il ouvre en octobre 1825 un magasin général. Le 17 février 1829, il épouse à Rigaud en secondes noces Marie-Thérèse-Antoinette Fournier. Il fonde par la suite, en octobre 1829, une petite entreprise commerciale avec le marchand de Vaudreuil Joseph Rassette.

Au niveau politique, Dumouchel participe à quelques importants rassemblements entre 1834 et 1837. Il est notamment présent à une assemblée patriote tenue à Vaudreuil le 28 avril 1834. Dumouchel est nommé pour la paroisse de Rigaud sur le Comité permanent du comté de Vaudreuil.

Puis, Dumouchel participe en tant que secrétaire à une assemblée au même endroit le 26 juillet 1836. Proposeur d’une résolution, le marchand de Rigaud est aussi nommé au sein d’un comité de correspondance chargé de transmettre les résolutions et les griefs du comté de Vaudreuil aux autres comtés de la province.

Afin de dénoncer les résolutions Russell, on organise une grande assemblée à Vaudreuil le 6 août 1837. Dumouchel est alors nommé au sein d’un comité pour la paroisse de Rigaud, en tant que membre de la future convention des comtés.

En 1837, le marchand de Rigaud continue de gérer son commerce et participe notamment à l’émission de nouveaux papiers-monnaies à Rigaud où il imprime des billets variant de 6 à 60 sous. Par ailleurs, ce dernier organise à quelques occasions des rencontres secrètes à son magasin.

D’après l’Acte des émeutes déposé le 21 novembre 1837, Ignace Dumouchel est démis de ses fonctions de juges de paix et d’officier de milice puisque sympathique à la cause patriote. Finalement, le 30 novembre 1837, il se rend à Saint-Benoît à une réunion tenue chez le notaire Girouard où l’on discute des mesures à prendre contre l’invasion possible des volontaires loyalistes de Glengarry provenant du Haut-Canada.

Ignace Dumouchel ne participe pas directement à la résistance armée de 1837 ni à l’insurrection de 1838. Après le sac du village de Saint-Benoît les 15 et 16 décembre 1837, il se rend à l’endroit dévasté en compagnie de son frère Jean-Baptiste afin de constater les dégâts. À la suite de l’incendie des maisons des chefs rebelles du comté des Deux-Montagnes, Dumouchel héberge Marie-Louise Félix, épouse du notaire Girouard, alors incarcéré. Le marchand patriote meurt dans son village de Rigaud et est inhumé le 11 décembre 1876.

Références :

AUBIN, Georges, Au Pied-du-Courant. Lettres des prisonniers politiques de 1837-1839, Montréal, Comeau & Nadeau, Agone, 2000, 458 p.

BOILEAU, Gilles, 1837 et les patriotes de Deux-Montagnes. Les voix de la mémoire, Montréal, Éditions du Méridien, 1998, 201 p. (coll. « Mémoire québécoise »).

DUMOUCHEL, Alfred, Notes d’Alfred Dumouchel sur la Rébellion de 1837-38 à Saint-Benoît, extrait publié en 1929 dans le « Bulletin des recherches historiques », vol. 35, réédition dans 1837 et les Patriotes de Deux-Montagnes. Les voix de la mémoire, Éditions du Méridien, 1998, p. 181-194.

FAUTEUX, Aegidius, Les Patriotes de 1837-1838, Montréal, Éditions des Dix, 1950, 433 p.

La Minerve, 1er mai 1834 et 10 août 1837.

LAPORTE, Gilles, Patriotes et Loyaux. Leadership régional et mobilisation politique en 1837-1838, Sillery, Septentrion, 2004, 415 p.

LAURIN, Clément, Jean-Joseph Girouard & les Patriotes de 1837-1838. Portraits, Notes bio-bibliographiques par Clément Laurin, Montréal, Bibliophile du Canadiana & Osiris, 1973, 120 p.

SÉGUIN, Robert-Lionel, Le mouvement insurrectionnel dans la Presqu’île de Vaudreuil 1837-1838, Montréal, Librairie Ducharme Ltée, 1955, 157 p.

The Vindicator, 2 août 1836 et 15 août 1837.

VALLIÈRES, Marc-Gabriel, « Le papier-monnaie des marchands de 1837 », La Revue des Deux-Montagnes, no 7, juin 1997, p. 83-95.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *