Louis Fournaize

Louis Fournaize est baptisé à Sainte-Geneviève (Pointe-Claire), le 17 décembre 1793. Il est le fils de Marie-Archange Lalande et du tailleur Mathurin Fournaize, un des premiers colons à s’établir dans la seigneurie de la Rivière du Chêne. Il épouse à Saint-Eustache Marie-Louise Dumoulin-Lagirofflé, le 2 novembre 1813. Celle-ci est la fille de Jean-Baptiste Dumoulin et de Marie-Anne Dubois. D’après le recensement de 1842, Fournaize est journalier sur la côte du Lac à Saint-Eustache.

Nous en savons peu de la vie de Louis Fournaize. Les documents sont avares de commentaires sur son implication politique en 1837 dans la région de Saint-Eustache. Nous savons par contre avec certitude que Fournaize fait partie des volontaires loyalistes de Saint-Eustache (St. Eustache Loyal Volunteers), plus particulièrement au sein de la première compagnie dirigée par le capitaine Maximilien Globensky. Ainsi, nous pouvons avancer avec une quasi-certitude que Fournaize était aux côtés de ses acolytes sur l’île Jésus, derrière le village de Saint-Eustache, au début de la bataille du 14 décembre 1837.

Aurait-il tiré sur les patriotes qui accouraient à sa rencontre sur la rivière gelée en cet avant-midi funeste ? La question est lancée. Pour sa part, Charles-Auguste-Maximilien Globensky, fils de Maximilien, affirme que son père aurait bel et bien ordonné à ses hommes de ne point faire feu sur les insurgés. D’autres témoignages affirment toutefois que les miliciens de Globensky étaient quelque peu indisciplinés… Quoi qu’il en soit, Louis Fournaize participe à l’historique bataille de Saint-Eustache. Tout comme les autres volontaires, son rôle était vraisemblablement de couper la retraite aux rebelles fuyards qui se dirigeaient vers le sud. Étrangement, Fournaize est considéré comme étant d’allégeance patriote par son capitaine de milice Jean-Baptiste Paquin, un cultivateur aisé de la côte du Lac à Saint-Eustache, dans une liste datée du 11 septembre 1839.

On retrouve finalement le nom de Louis Fournaize sur une pétition des paroissiens de Saint-Eustache visant à empêcher le départ du curé Hyppolite Moreau de sa paroisse, en date du 23 novembre 1852. Fournaize décède à Saint-Eustache le 23 février 1868, à l’âge de 74 ans. Il est inhumé en ce lieu deux jours plus tard.

Références :

BAC, recensement de 1842, County of the Lake of Two-Mountains, St.Eustache Parish, bobine C-728.

BAC, Feddocs, Lower Canada Rebellion looses claims 1837-1855, Project no 19-2, RG 19, series E-5-B (R200-113-0-F), volume 5482, no 190.

BAC, War Office 13, volume 3711, bobine 3189, Pay List of the St. Eustache Loyal Volunteers.

Registre des baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse de Saint-Eustache.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *