Détails sur l’exposition des rébellions à Pointe-à-Callière

Le 18 septembre dernier, les gens de Pointe-à-Callière, Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal ont diffusé aux médias d’information ainsi que sur leur site Internet, un communiqué officiel sur leur nouvelle exposition portant sur l’histoire des rébellions qui se tiendra du 6 novembre 2007 au 27 avril 2008. Le titre de l’exposition est : 1837-1838, Rébellions : Patriotes vs Loyaux. Voici donc un court résumé de ce communiqué.

L’exposition contiendra évidemment un aspect chronologique des événements qui se sont déroulés dans le Haut et le Bas-Canada en 1837 et 1838 et ce, afin de mieux comprendre le contexte politique, économique et sociologique de l’époque.

« L’exposition permettra au public de faire connaissance avec plusieurs personnages dont le nom est passé à l’histoire, parfois même à la toponymie. Patriotes et Loyaux, francophones et anglophones, autorités officielles et officieuses, hommes et femmes, élites et simples citoyens émergent dans l’exposition au moyen d’objets personnels, de portraits et de lettres touchantes. Parmi ces personnages, le visiteur croisera les Louis-Joseph Papineau, François-Xavier Prieur, Jean-Joseph Girouard, André Ouimet, Édouard-Raymond Fabre, Wolfred Nelson et William Mackenzie de même que des Loyaux tels Peter McGill ou George Moffat et les lords Colborne, Gosford et Durham. »

On retrouvera plus de 180 artéfacts en provenance d’une quarantaine d’organismes canadiens et de collectionneurs privés. « Parmi les objets exceptionnels, mentionnons une courtepointe fabriquée à même les habits rouges des soldats d’Argenteuil qui se sont battus lors des Rébellions ; une des plus belles épées de grande tenue du Canada et son étui ; la lettre de Chevalier de Lorimier écrite à Guillaume Lévesque quelques heures avant sa pendaison et un tambour ayant été utilisé durant la bataille d’Odelltown. Certains objets, peu connus du public, seront aussi présentés : un exemplaire du livre Droits de l’homme de Thomas Paine ayant appartenu à Louis-Joseph Papineau ; un registre manuscrit des exécutions à la prison du Pied-du-Courant ; un document sur l’Association de réforme et l’Union patriotique signé par plusieurs leaders patriotes ; le fusil d’un Patriote ayant servi lors des Rébellions ; la bible de Chevalier de Lorimier ; une boîte avec des pions d’échec de Papineau qui a aussi appartenu à son père ; et un couvre-lit tissé de la famille Thibault-Lachapelle de Saint-Denis-sur-Richelieu qui a servi à sauver des flammes un jeune enfant. Parmi les objets incontournables associés aux Rébellions, soulignons l’estampe Le vieux de ’37, par Henri Julien ; un couvre-chef militaire de la cavalerie des Queens Light Dragoons ; les ceintures fléchées de Wolfred Nelson et de Jean-Olivier Chénier ; le mandat d’arrestation à l’intention de Louis-Joseph Papineau ; la déposition volontaire de François-Xavier Prieur ; l’aquarelle réalisée par Katherine Jane Ellice et appelée The Insurgents at Beauharnois ; des boîtes fabriquées par des prisonniers du Haut-Canada avec des messages personnels, le rapport Durham et l’Acte d’union ainsi qu’un autoportrait du Patriote Jean-Joseph Girouard. »

Nous avons eu la chance de faire partie du comité scientifique chargé de la relecture des textes de l’exposition et nous avons été agréablement surpris. Ce sera à voir absolument ! D’autant plus que certains artéfacts appartenant à votre humble serviteur feront aussi partie de l’exposition. Pour plus d’informations, communiquez avec Catherine Roberge, responsable des communications au Musée de Pointe-à-Callière au (514) 872-7858.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *