Amédée Papineau rencontre Victor Hugo

C’est durant un voyage de 14 mois (en 1870-1871), dans plusieurs pays européens, que le fils du grand chef patriote, Amédée Papineau, ardent membre des Fils de la Liberté dans sa jeunesse, rencontre le célèbre écrivain français Victor Hugo.

Papineau, avant même son départ pour l’Europe en mai 1870, tient absolument à rencontrer l’auteur de Notre-Dame de Paris et des Misérables. C’est dans une lettre en provenance de Londres, adressée à son père et datée du 3 juin 1871, qu’il décrit la mémorable rencontre. Mais remettons-nous dans le contexte de l’époque…

Le 27 mai 1871, Victor Hugo avait publié une lettre ouverte dans L’Indépendance belge, dans laquelle il offrait un asile aux partisans de la Commune française. Pour cette raison, « le 30 mai suivant, il est expulsé de Bruxelles par le gouvernement belge pour avoir ouvertement proposé un asile aux proscrits de la Commune de Paris ». L’auteur s’installera d’ailleurs temporairement au Luxembourg où il rédigera plus tard L’Année terrible.

Entre-temps, Amédée Papineau se rend à son domicile de Bruxelles en Belgique, « mais l’émeute l’en avait chassé, et ce ne fut qu’après trois ou quatre courses infructueuses qu'[il] parvint à lui être introduit à l’Hôtel de la Paix ». Hugo venait d’ailleurs de passer une mauvaise nuit en raison de la populace qui « voulait lui faire un mauvais parti parce qu’il venait d’héberger des Communards en fuite de Paris ».

Bref, ce matin-là, aux dires de Papineau, Hugo était « excité et nerveux » et « le mouvement de ses mains l’indiquait ». L’écrivain était donc à déjeuner à cet hôtel avec son épouse, sa petite-fille, ainsi qu’un journaliste à qui il racontait ses mésaventures des derniers jours.

En s’adressant à son père, Papineau écrit : « [Hugo] me dit que mon nom lui était familier, qu’il savait que mon père était le patriote par excellence du Canada. Il me dit que vous aviez toujours été à la tête de la démocratie canadienne et combattu pour les mêmes principes dont il était aujourd’hui le confesseur si distingué […]. » C’est ainsi qu’Amédée Papineau rencontra le célèbre Victor Hugo.

Références :

PAPINEAU, Amédée, Lettres d’un Voyageur d’Édimbourg à Naples en 1870-1871, Éditions Nota bene, texte établi, annoté et présenté par Georges Aubin, 2001, 417 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *