Une guerre civile à Saint-Eustache ?

 

Drôle de titre… À quand remonte dans l’histoire du Québec le premier épisode d’affrontement armé entre Canadiens français et… Canadiens français ? Remontons dans l’histoire.

            Si l’on remonte aux balbutiements de la colonie française, soit aux XVIe et XVIIe siècles, les aventuriers et soldats français de la colonie affrontent principalement les Amérindiens de la nation iroquoïenne. Puis, les régiments français défendent la Nouvelle-France contre quelques incursions américaines.

            La Conquête demeure un catalyseur de l’histoire canadienne. C’est ainsi qu’en septembre 1759, les soldats français, miliciens canadiens et autochtones affrontent les Britanniques. Les Canadiens français sont, encore à cette occasion, tous unis contre l’envahisseur.

            Soulignons par la suite les tentatives d’invasions américaines durant leur guerre d’indépendance dans les années 1770 et 1780. À cette occasion, peu de Canadiens français prennent position, tant et si bien que l’on observe notamment l’arrivée de régiments de mercenaires allemands afin de défendre la colonie britannique d’Amérique du Nord face aux Américains. Dans la même veine, il y a la guerre contre les États-Unis en 1812 où la milice combat une fois de plus les Américains notamment à Châteauguay, mais aussi tout au long de la frontière canado-américaine au Haut et au Bas-Canada.

            Nous arrivons à l’époque insurrectionnelle. Le premier véritable affrontement oppose les Fils de la liberté (des francophones en majorité) aux membres du Doric Club (des anglophones) dans les rues de Montréal, le 6 novembre 1837. Puis, à Saint-Denis et à Saint-Charles, les hommes respectifs de Wolfred Nelson et de Thomas S. Brown affrontent les troupes anglaises de Gore et Wetherall.

            Enfin, dans la paroisse de Saint-Eustache, vers la fin de novembre 1837, le capitaine Maximilien Globensky lève une compagnie de volontaires loyalistes qui regroupe autant de Canadiens français que de Canadiens anglais de toutes professions afin de supporter l’armée du général John Colborne et de s’opposer idéologiquement et militairement aux patriotes de la région. De leurs côtés, les insurgés de Saint-Eustache dirigés par Jean-Olivier Chénier regroupent presque exclusivement des Canadiens français à la veille de l’affrontement.

            Ainsi, le 14 décembre 1837, Chénier, à la tête de ses hommes, attaque les volontaires de Globensky (et ceux de Montréal) sur la rivière des Mille-Îles à l’arrière du village. C’est l’un des premiers épisodes de guerre civile dans l’histoire du Québec. Ainsi, dans une certaine mesure, une guerre civile a bel et bien eu lieu chez nous en 1837.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *