Eustache-Antoine Lefebvre de Bellefeuille

Affilié à une importante famille seigneuriale, Eustache-Antoine Lefebvre de Bellefeuille naît à Saint-Eustache le 29 novembre 1793. Il est le fils aîné d’Antoine Lefebvre-Bellefeuille, coseigneur des Mille-Îles, et de Marie-Louise-Angélique Lambert-Dumont. Suite à la mort de son père, Eustache-Antoine hérite de la moitié du tiers de la seigneurie. C’est à ce moment qu’ils ajoutent la particule « de » avant son nom de famille. Le 23 juillet 1823, il épouse Marguerite McGillis à Saint-Eustache.

On peut considérer à bon gré de Bellefeuille comme l’un des principaux leaders loyaux de la paroisse de Saint-Eustache, parallèlement à son implication dans la milice locale. Suite au dépôt des 92 Résolutions à la Chambre d’assemblée, plusieurs mécontents manifestent leur opinion face à cette démarche politique. Ainsi, de Bellefeuille tente en vain de faire adopter une contre résolution afin de minimiser l’effet du document ministériel. Il ne recueille toutefois qu’une trentaine de signatures.

Pour faire suite à sa motion, il participe activement à quelques rassemblements constitutionnels en 1834, notamment à Sainte-Thérèse le 10 avril 1834. Le texte des résolutions est notamment rédigé conjointement par Eustache-Antoine Lefebvre de Bellefeuille. Le 14 avril 1834, il est présent à une autre assemblée constitutionnelle tenue cette fois à Saint-Eustache. Il y fait un important discours prônant le ralliement à la constitution britannique édifiée en Amérique du Nord.

Finalement, de Bellefeuille participe à une assemblée tenue à Saint-André, dans la seigneurie d’Argenteuil, le 23 décembre 1834. Lors de ce rassemblement, on forme la St.Andrews Constitutionnal Association vouée à la défense des droits des loyaux sujets de sa Majesté. Lors de l’élection générale de 1834, il est un partisan des candidats constitutionnels Brown et Globensky.

En novembre 1837, avec la pression exercée par les patriotes radicaux des environs de Saint-Eustache, Saint-Benoît et Sainte-Scholastique à l’égard des familles loyalistes du comté, les de Bellefeuille quittent la région pour se réfugier à Montréal.

Lors des événements du 14 décembre 1837 à Saint-Eustache, le manoir de la famille de Bellefeuille sur la Grand-rue héberge une partie de l’état-major de Colborne. À partir de ce moment, les de Bellefeuille demeurent plus souvent à leur manoir de Saint-Jérôme ou à leur domicile de Montréal.

Le coseigneur Eustache-Antoine Lefebvre de Bellefeuille meurt le 25 octobre 1836 à Saint-Eustache avant même les événements tragique de 1837.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *