175e anniversaire des patriotes : beaucoup de projets !

Mine de rien, c’est une huitième année que j’entreprends avec ces quelques lignes dans l’hebdomadaire L’ÉVEIL. J’en suis d’ailleurs particulièrement fier puisque c’est dans ses pages que j’ai eu ma première chance.

Pour cette huitième année dis-je bien, encore une fois beaucoup de matériel. Du vieux stock que je dois dépoussiérer légèrement, mais aussi de nouvelles choses, notamment dans le cadre des festivités entourant le 175e anniversaire des patriotes à Saint-Eustache, mais aussi en collaboration avec la Société d’histoire et de généalogie de l’île Jésus.

D’abord, au niveau des projets personnels, je dois dire que c’est un feu roulant de projets qui n’est pas prêt d’arrêter. Au mois de mai dernier, j’ai publié mon second ouvrage intitulé Portraits de patriotes, 1837-1838 – Œuvres de Jean-Joseph Girouard (VLB éditeur) qui, à ce que je constate, a un certain succès. Je serai d’ailleurs en séance de dédicaces dans le cadre du Festival de la galette et des saveurs du terroir à Saint-Eustache, les 15 et 16 septembre prochain.

Aussitôt mis sur les tablettes, ce deuxième livre est aussitôt suivi d’un troisième qui portera sur la correspondance d’exil de Ludger Duvernay, intellectuel patriote, éditeur de La Minerve et fondateur de la Société Saint-Jean-Baptiste. Ce volumineux bouquin, travaillé et peaufiné avec mon collègue et ami Georges Aubin, devrait voir le jour vers la fin de 2013 ou au début de 2014.

Mais déjà entre-temps, je planche sur un autre ouvrage, celui-là à contrat pour la Ville de Saint-Eustache. Il s’agit d’un livre portant sur l’histoire de l’église de Saint-Eustache, principalement par le biais de l’iconographie. Un bel ouvrage illustré, accessible au public, qui devrait voir le jour pour la prochaine Journée nationale des patriotes (mai 2013). À suivre…

Le 22 septembre prochain, peut-être entendrez-vous parler d’une « promenade littéraire » dans les rues du Vieux-Saint-Eustache.  Cet événement unique et tout fait spécial, se fera en compagnie de l’écrivaine Francine Ouellette (Au nom du père et du fils), dont le dernier roman historique porte justement sur les événements de 1837 à Saint-Eustache : En 1837, j’avais dix-sept ans (Libre Expression).

Dès le 30 septembre suivant, je serai aussi présent à l’inauguration publique de la toute nouvelle bibliothèque de Saint-Eustache. J’y serai de 11 h à 13 h afin de présenter mes deux ouvrages : Jacques Labrie. Écrits et correspondance ainsi que Portraits de patriotes. Et le 16 octobre, la romancière Francine Ouellette et moi-même allons faire une soirée causerie au même endroit. Le but de l’événement sera de discuter de notre merveilleuse collaboration jusqu’à ce jour. Détails à venir dans ses pages…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *