Vocabulaire et lexique en 1837-1838

C’est en faisant quelques recherches sur le site Internet de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) que nous avons trouvé l’ouvrage numérisé suivant : Dictionnaire des barbarismes et solécismes, les plus ordinaires en ce pays, avec leur mot propre ou leur signification. Cette petite découverte nous a donné l’idée de transmettre à nos lecteurs quelques exemples intéressants de ce qu’était la langue des habitants du Bas-Canada vers le milieu du XIXe siècle.

L’ouvrage susmentionné a été publié en 1855 par Jean-Philippe Boucher-Belleville, reconnu comme instituteur, propriétaire et rédacteur du journal patriote L’Écho du Pays, fonctionnaire et linguiste.

Dans son introduction, Boucher-Belleville affirme d’emblée : « Je puis pourtant assurer qu’une proportion considérable des locutions vicieuses ou surannées que je signale ici, je les ai entendu sortir de la bouche de personnes plus ou moins instruites ou je les ai recueillies dans des livres ou sur des journaux imprimés en ce pays. »

Dès la première lecture de son Dictionnaire, on remarque que les anglicismes qui parsemaient la langue française étaient déjà très présents pour l’époque, peut-être même à un point tel que « si nous n’y mettons ordre, de dire Boucher-Belleville, bientôt, sans parler encore anglais, et tout en croyant nous exprimer en français, nous parlerons un langage qui ne sera ni l’anglais ni le français ».

Il conclut son introduction en disant : « Je ne prétends pas au reste que cet ouvrage, que tant de personnes auraient été plus en état d’entreprendre que moi, soit exempt de fautes. Cependant, loin de craindre la critique, je la sollicite. Des personnes compétentes l’en jugeront peut-être digne. Cette critique tournera sans doute au profit de notre langue ; et que désiré-je autre chose, sinon qu’elle s’épure, se répande et vive ? »

Nous avons pris la liberté de sélectionner quelques-uns des mots et/ou expressions les plus drôles ou intéressantes qui étaient certainement employés par les patriotes lors des rébellions de 1837-1838. Les voici avec leur signification ; plusieurs nous sont encore connus de nos jours :

 

À matin, à soir (ce matin, ce soir)

Bavasser (bavarder)

Bogué (mot anglais pour sorte de voiture très légère)

Brailler (pleurer)

Garocher (lancer avec vigueur)

Écoeurer (dégoûter)

Égouïne (scie à main)

Vivre à gogo (vivre dans l’abondance)

Grouiller (remuer, s’agiter)

Itout (aussi)

Maganer (maltraiter)

Mouver (mot anglais pour déménager)

Pumps (mot anglais pour souliers légers)

Quouette (tresse de cheveux)

Sacre (jurement, blasphème)

Set (mot anglais, ex. : set de vaisselle, de meubles)

Tanner (fatiguer)

Toast (mot anglais pour rôtie)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *