Une carte inédite du comté des Deux-Montagnes en 1837

C’est encore une fois dans le cadre de nos innombrables recherches sur tout ce qui entoure les rébellions de 1837-1838 que nous avons mis la main sur ce petit morceau de notre histoire.

Nous étions donc à fouiller au sein des archives du Centre de recherche Lionel-Groulx à Montréal, plus précisément dans les correspondances du notaire Jean-Joseph Girouard de Saint-Benoît. Notre but premier était de dénicher quelques documents en lien avec le docteur Jacques Labrie de Saint-Eustache. En feuilletant la documentation, nous avons trouvé une magnifique petite carte géographique illustrant le comté des Deux-Montagnes intitulée « Plan de Saint-Benoît et des environs »; le tout réalisé par le notaire Girouard, alors incarcéré à la prison du Pied-du-Courant à Montréal.

À l’endos du dessin y sont inscrits les mentions suivantes : « Relation des troubles de 1837, envoyées par M. Girouard étant en prison à M. Morin à Québec. Copie d’une partie du 3e volume de mes notes envoyées à M. Morin, 27 août 1838 ».

En soit, le dessin est approximatif et ne relève nullement du travail d’un arpenteur. Cependant, Girouard démontre une maîtrise certaine de la géographie de la région du lac des Deux-Montagnes. On y voit notamment la paroisse de Saint-Benoît ainsi que son village au centre de la carte. Autour, les paroisses de Saint-Hermas, Sainte-Scholastique et Saint-Eustache sont aussi bien définies. Girouard y détaille aussi la seigneurie d’Argenteuil à l’ouest, la « mission du lac » des Deux-Montagnes (Oka) au sud, le canton de Gore, la paroisse de Saint-Colomban, l’île Bizard, le nord du comté de Vaudreuil (Rigaud) ainsi que la partie sud-ouest du comté de Terrebonne.

Pour ce qui est de la région de Saint-Benoît, Girouard y détaille parfaitement la côte Saint-Vincent, le rang Fresnière, les côtes Saint-Jean et Saint-Étienne, les Éboulis et la Pointe-aux-Anglais aux abords du lac des Deux-Montagnes.

À Saint-Eustache, Girouard y a inscrit le chemin de la Grande-Côte, la côte de la Petite rivière, Petit Brûlé, la côte du Lac ainsi que la côte Saint-Joseph qui sépare sa paroisse de celle de Saint-Benoît. À Sainte-Scholastique, on peut y observer la côte Saint-Louis, Belle Rivière, la côte Saint-Joachim ainsi que son « village ».

Les trois principaux villages du comté – à savoir Saint-Eustache, Saint-Benoît et Sainte-Scholastique – sont quant à eux indiqués par plusieurs petits points réalisés à la plume et le tout, dessiné autour d’un petit cercle surplombé par une croix indiquant vraisemblablement un lieu de culte.

La dite carte, tel que mentionné, a été envoyée à Augustin-Norbert Morin, député de Bellechasse et ami de la famille Girouard. Elle fut éditée pour la première fois en 2009 dans mon ouvrage Jacques Labrie. Écrits et correspondance (Septentrion).

 

Référence

Centre de recherche Lionel-Groulx, P4/A2a, 1.6, Plan de Saint-Benoît et des environ, par Jean-Joseph Girouard, 27 août 1838.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *