Le Comité exécutif des patriotes à New York

Décidemment, on n’en finit plus de trouver de nouveaux éléments dans l’histoire insurrectionnelle. C’est encore une fois le collègue Georges Aubin qui nous a mis sur la piste de cette nouvelle affaire.

C’est un document inédit et, en réalité, jamais exploité dans l’historiographie, contenu dans le Fonds Colborne à Bibliothèque et Archives Canada, qui nous révèle l’existence de cette sorte de cellule patriotique dans la Grosse Pomme. Le document en question, daté du 14 janvier 1839, s’intitule : « Names and residence of the Executive Committee of the Canadian Rebels in New York. »

En fait, celui-ci contient ni plus ni moins qu’une liste de ses membres, ainsi que leur adresse respective. Le président du Comité exécutif des patriotes canadiens à New York est nul autre que Laurent Bonnefoux, l’une des plus grosses fortunes de New York. Le plus connu de ses membres est Rodolphe DesRivières (celui-là même qui fut jadis exilé aux Bermudes), ancien commis à la Banque du Peuple, qui occupe la vice-présidence de l’organisation. Les autres membres sont Louis Dietz, un comptable né en Prusse, M. Dodge, G. Rogat, Joseph C. N. Besse, S. Rastone, G. Lemieux, J. W. Danasmont, John Higgins, Joseph Clair (Auclair) et un certain Regnier. Enfin, la présence de Frances « Fanny » Wright, la célèbre auteure écossaise, conférencière, féministe, abolitionniste et réformatrice sociale, naturalisée américaine dès 1825, est aussi à souligner. En soi, nous n’avons de plus amples détails sur cette énigmatique organisation qui, à première vue, devait vraisemblablement lever des fonds afin de soutenir financièrement un éventuel soulèvement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *