La Fureur et l’enchantement

La fureur et l’enchantement est le tout nouveau livre du chroniqueur, scénariste, critique, journaliste et écrivain Georges-Hébert Germain. Il s’agit cependant de son premier roman historique. L’intérêt de cet ouvrage se trouve notamment dans sa trame de fond qui se déroule durant les troubles de 1837-1838.

L’auteur mélange aisément les aspects fictifs et historiques. Cette aventure met en scène un bûcheron du nom de François Simard, aussi coureur des bois à La Malbaie. C’est d’ailleurs à cet endroit que l’auteur nous transporte ; en particulier au sein même de « la trop peu connue Société des Vingt-et-un, ce groupe de cultivateurs de La Malbaie qui a lutté pour acquérir de nouvelles terres cultivables dans ce qu’on appelait alors le Royaume du Saguenay ». Voici le synopsis original :

« Automne 1837. Un pays au bord du gouffre, en instance de rébellion. Sur cette toile de fond se profilent des personnages qui ont fomenté la révolte ; ils se mêlent aux héros de cette saga, qui a pour cadre principal le royaume du Saguenay. François Simard, vingt ans, participe contre son gré au soulèvement des patriotes, qui sera un échec. Il rentre dans son village natal, où un autre soulèvement est en cours : un groupe d’habitants réunis au sein de la Société des Vingt-et-un veut s’emparer du Saguenay, affermé à la Compagnie de la Baie d’Hudson. Ti-Jean Tremblay est tout le contraire de François. Témoin passif, défaitiste, insatisfait, il ne pense qu’à être ailleurs. Laurence à Caille est jeune, belle, forte, autonome. Elle cherche l’amour comme on cherche un pays.

Derrière eux, se trouvent Alexis Tremblay, fondateur de la Société des Vingt-et-un, Thomas Simard, son ami et le père de François, William Price, un commerçant retors, l’impitoyable Peter McLeod, agent de la Compagnie de la Baie d’Hudson, et toute la petite société de La Malbaie, qui anime cette épopée. »

La fureur et l’enchantement de Georges-Hébert Germain, disponible depuis mars dernier au coût de 29,95 $, est publié chez Libre Expression.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *