Théodore Baulne

Théodore Baulne est un cultivateur de la paroisse de Saint-Eustache en 1837. Fils d’André Baulne et de Marie-Angélique Campeau, il naît et est baptisé à Saint-Eustache le 9 novembre 1803. Les registres paroissiaux le nomment « Baûne ».

Le 29 août 1825, Baulne épouse à Saint-Eustache Marie-Anne Lanthier, la fille de Jean-Baptiste Lanthier et de Rosalie Binet. Ensemble, ils ont six enfants : Théodore (1828), Adéline (1829), Sophie (1831), Marie-Henriette (1834), Marcelline (1835) et Marie-Olivine (1838).

Si l’on se base sur le recensement réalisé avant les troubles politiques, soit celui de 1831, Baulne est un cultivateur résidant sur la côte sud de la petite rivière du Chêne (Rivière-Sud). À cet endroit, il possède un lopin de terre de 71 arpents dont 29 sont en culture. Ses avoirs économiques se détaillent ainsi : 80 minots de blé, 28 minots de pois, 90 minots d’avoine, 20 minots d’orge et 30 minots de pommes de terre. Il est aussi propriétaire de 9 bovins, 2 chevaux, 10 moutons et 7 porcs.

Le rôle de Baulne dans les événements qui nous intéressent demeure limité, quoique intéressant. On le retrouve d’abord participant à l’assemblée loyale tenue à Saint-Eustache le 14 avril 1834. Ce rassemblement, sous la direction des grandes familles bureaucrates de l’endroit, prend cependant une tangente réformiste en raison de la présence imposante de patriotes dans l’assistance. Les loyaux sont alors obligés de poursuivre leur assemblée chez le notaire Globensky. C’est là que les constitutionnels, incluant Baulne, signent une adresse loyale contenant plus de 200 noms.

Le nom de Baulne se retrouve ensuite dans une déposition réalisée par Michel Leblanc, cultivateur de Saint-Eustache, devant le juge de paix Frédéric-Eugène Globensky le 1er janvier 1838. Le déposant affirme ainsi avoir été présent « chez le nommé Théodore Baulne, son voisin, la veille de la bataille qui a eu lieu à Saint-Eustache, lorsque le nommé Antoine Groulx a arrêté et a commandé le dit Théodore Baulne d’aller immédiatement à Saint-Eustache pour rencontrer l’ennemi qui avançait ». Quoi qu’il en soit, nous ne savons toutefois aujourd’hui si Baulne exécuta l’ordre en question; aucun autre témoignage n’atteste le tout.

Cependant, si ce dernier témoignage s’avère vrai, on pourrait plus facilement expliquer pourquoi Baulne est considéré comme étant compromis dans la rébellion de 1837 par le curé Jacques Paquin qui réalise un recensement de l’allégeance de l’ensemble de ses paroissiens en 1839. Dans la même veine, il est qualifié de patriote par son capitaine de milice Basile Choquet qui dresse un inventaire semblable des hommes de sa compagnie en date du 10 septembre 1839.

Finalement, on retrouve le nom de Baulne dans deux pétitions La première des habitants de Saint-Eustache vise à favoriser la reconstruction de l’église du village incendiée lors de l’affrontement du 14 décembre 1837. Celle-ci est adressée au gouverneur de l’époque Charles Theophilus Metcalfe en date du 27 novembre 1844. La seconde, des paroissiens de Saint-Eustache, vise à empêcher le départ du curé Hippolyte Moreau, le 23 novembre 1852.

Théodore Baulne décède à Saint-Eustache le 13 mai 1885. Il est alors âgé de 81 ans. Il est inhumé en ce lieu le 16 mai devant les témoins Basile Sauvé et Jérémie Payement, cultivateurs de l’endroit.

Références :

Archives de l’évêché de Saint-Jérôme, Pétition des paroissiens de Saint-Eustache pour empêcher le départ du curé Hyppolite Moreau, 23 novembre 1852.

BAC, Feddocs, Lower Canada Rebellion looses claims 1837-1855, Project no 19-2, RG 19, series E-5-B (R200-113-0-F), volume 5482, no 190.

BAC, recensement de 1825, County of the Lake of Two-Mountains, St.Eustache Parish, bobine C-718.

BAC, recensement de 1831, County of the Lake of Two-Mountains, St.Eustache Parish, bobine C-723.

BAC, recensement de 1842, County of the Lake of Two-Mountains, St.Eustache Parish, bobine C-728.

BAnQ, « Documents relatifs aux événements de 1837-1838 », Fonds Ministère de la justice, P224, M-165-2, no 684, déposition de Michel Leblanc, 1er janvier 1838.

La Minerve, 17 avril 1834, 15 mai 1834.

L’Ami du Peuple, 9 avril 1834, 16 avril 1834, 21 mai 1834, 5 juillet 1834.

Montreal Gazette, 8 avril 1834, 19 avril 1834.

Montreal Herald, 12 avril 1834.

PAQUIN, Jacques, « Tableau politique », La Revue des Deux-Montagnes, annoté par Claude-Henri Grignon, no 5, octobre 1996, p. 43-65.

Registre de la paroisse de Saint-Eustache.

The Vindicator, 15 avril 1834, 25 avril 1834.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *