9e séance du Comité permanent du comté des Deux-Montagnes

Encore une fois, les journaux de l’époque insurrectionnelle ne nous donnent que peu d’informations sur la 9e séance du Comité permanent du comté des Deux-Montagnes. À tout le moins, quelques lignes sur les courts procédés de l’assemblée patriote.

Le rassemblement se déroule à Saint-Benoît le 22 octobre 1837 sous la présidence de Joseph Desvoyaux dit Laframboise. Ce cultivateur originaire de Sainte-Scholastique jouera d’ailleurs un rôle déterminant au moment de l’établissement du camp armé des patriotes au village de Saint-Eustache. C’est le notaire de Saint-Benoît Félix-Hyacinthe Lemaire dit Saint-Germain qui agit à titre de « secrétaire-archiviste ».

Le capitaine Laurent Aubry, président de l’assemblée précédente tenue au rang Saint-Joachim de Sainte-Scholastique la semaine dernière, fait ensuite la lecture des journaux et ce, « en conséquence de la section première du chapitre premier de la quatrième résolution adoptée dans ce comité dans sa dernière séance du premier jour de ce mois ». Aubry fait alors un « rapport des procédés des procédés de cette assemblée et des personnes élues pour remplir la charge de juge de paix amiables compositeurs ».

L’assemblée ordonne ensuite que le dit rapport « soit inséré dans les minutes de ce comité » comme il est d’usage.

Il est enfin résolu « que les dispositions et règlements adoptés par ce comité dans sa huitième séance relativement à l’établissement des tribunaux d’honneur et de conciliation seront considérés comme obligatoires, à compter du premier jour de novembre prochain ».

Par ordre du secrétaire M. Lemaire dit Saint-Germain ainsi que du président M. Desvoyaux dit Laframboise, l’assemblée est ensuite ajournée au dimanche suivant, soit le 5 novembre.

Référence :

La Minerve, 16 novembre 1837.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *