Un soldat inhumé à Saint-Eustache

Depuis maintes années, l’une des questions qui hantent les historiens qui se penchent sur l’histoire des rébellions de 1837-1838 est sans contredit le nombre d’individus tués lors des différentes batailles.

Prenons l’exemple de Saint-Eustache, le 14 décembre 1837. Les chiffres les plus répandus dans l’historiographie sont de 70 morts du côté patriote et de 3 seulement du côté de l’armée anglaise. Selon l’historienne Elinor Kyte Senior, « un soldat britannique est mort au combat, et deux des huit qui ont été blessés mourront peu après ». Le Populaire, dans ses éditions du 15 et 18 décembre 1837, confirme la mort d’un seul soldat durant l’affrontement.

Qui est ce militaire tué lors de l’affrontement ? Nous croyons avoir la réponse. En effet, les registres des baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse de Saint-Eustache nous révèlent souvent des choses extraordinaires. Le 26 décembre suivant la bataille est inhumé le corps d’un nommé Robert Douherty, « soldat du second bataillon du régiment des Royaux ». Le registre nous dit par ailleurs que Douherty, alors âgé de 23 ans, est natif de « Ballyfuble » (Ballycastle nous croyons), dans le comté d’Antrim dans le nord de l’Irlande. Le même document nous dit finalement que ce dernier est tué le 14 décembre à la bataille de Saint-Eustache. En vain, deux témoins assistent à l’inhumation du jeune militaire, soit Jacques et François Beauchamp, sous la gouverne du curé Jacques Paquin. Nous n’avons malheureusement de plus amples détails à ce sujet.

Toutefois, soulignons l’extrait d’un récit tiré du Montreal Star en 1887. En effet, lorsque l’armée se positionne dans la Grand-rue, à la hauteur de l’actuelle rue Lapointe, le colonel Gugy, accompagné d’un sergent et de trois hommes des Royals, se rend vis-à-vis la maison Scott afin de sommer aux rebelles de se rendre. L’histoire nous dit qu’« un des hommes de l’escorte fut tué raide ». Était-ce Douherty ? Les chances sont excellentes puisque le jeune soldat faisait partie des Royals et fut le seul régulier tué directement au combat.

Références :

La Populaire, 15 et 18 décembre 1837.

Montreal Star, 1887.

Registres de baptêmes, mariages et sépultures, paroisse de Saint-Eustache

SENIOR, Elinor Kyte, Les habits rouges et les patriotes, Montréal, VLB éditeur, 1997, traduction de Redcoats and Patriots paru en 1985, 310 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *