Jean-Baptiste Dumoulin

Comme plusieurs individus du comté des Deux-Montagnes, Jean-Baptiste Dumoulin n’est impliqué que de très loin au sein de la mobilisation politique qui anime la décennie 1830.

Dumoulin naît à Saint-Eustache, le 4 octobre 1795, et y est baptisé le lendemain. Il est le fils de Jean-Baptiste Dumoulin dit Lagiroflée et de Marie-Anne Limoges dit Dubois. À l’âge de 20 ans, Dumoulin épouse à Saint-Eustache Marie-Anne Paradis, le 20 novembre 1815. Cette dernière est la fille de Pierre Paradis et de Thérèse Barbary. Nous leur connaissons au moins sept enfants : Charles, Pierre, Charles, Julie, Marie-Marguerite, Scholastique et Scholastique.

Les recensements de la première moitié du XIXe siècle nous renseignent sur le personnage. En 1831, on le retrouve en tant que cultivateur sur la côte du Lac, à Saint-Eustache. Sa terre mesure alors 120 arpents, mais seulement 4 sont en culture. Il est aussi propriétaire de quelques bovins, chevaux et porcs.

Tel que mentionné plus haut, l’implication politique de Jean-Baptiste Dumoulin demeure modeste. Il est néanmoins l’un des loyaux à avoir participé à l’importante assemblée constitutionnelle tenue à Saint-Eustache, le 14 avril 1834. C’est lors de celle-ci que des patriotes présents dans l’assistance poussent les bureaucrates à déménager leur réunion dans les jardins de la maison du notaire Globensky. À cet endroit, Dumoulin et ses compatriotes signent l’adresse loyale, dénonçant par le fait même les 92 Résolutions du Parti patriote.

Par ailleurs, plusieurs personnes influentes de Saint-Eustache le considèrent comme n’étant pas compromis dans la résistance des patriotes dans les comté des Deux-Montagnes en 1837. D’abord, le docteur Charles Gordon O’Doherty réalise un recensement de l’allégeance politique des habitants de la paroisse de Saint-Eustache en 1839. De plus, Jean-Baptiste Paquin, son propre capitaine de milice, le considère aussi de la sorte dans un inventaire de ses miliciens la même année.

Le nom de Jean-Baptiste Dumoulin se retrouve enfin sur deux pétitions. Le 11 juillet 1825, il appose son nom sur la pétition promouvant l’érection de la paroisse de Saint-Eustache. Puis, le 23 novembre 1852, on le retrouve sur celle préparée pour empêcher le départ du curé Hyppolite Moreau de Saint-Eustache.

Jean-Baptiste Dumoulin, alors âgé de 80 ans, s’éteint à Saint-Eustache le 7 octobre 1875. Deux jours plus tard, il est inhumé en ce lieu, devant Joseph Richer et François-Xavier Lamoureux qui agissent comme témoins.

Références :

Archives de l’évêché de Saint-Jérôme, pétition des paroissiens de Saint-Eustache pour empêcher le départ du curé Hyppolite Moreau, 23 novembre 1852.

Archives de l’évêché de Saint-Eustache.

BAC, Feddocs, Lower Canada Rebellion looses claims 1837-1855, Project #19-2, RG 19, series E-5-B (R200-113-0-F), volume 5482, no 190.

BAC, recensement de 1825, County of the Lake of Two-Mountains, St. Eustache Parish, bobine C-718.

BAC, recensement de 1831, County of the Lake of Two-Mountains, St. Eustache Parish, bobine C-723.

BAC, recensement de 1842, County of the Lake of Two-Mountains, St. Eustache Parish, bobine C-728.

La Minerve, 17 avril 1834, 15 mai 1834.

L’Ami du Peuple, 9 avril 1834, 16 avril 1834, 21 mai 1834, 5 juillet 1834.

Montreal Gazette, 8 avril 1834, 19 avril 1834.

Montreal Herald, 12 avril 1834.

PAQUIN, Jacques, « Tableau politique », La Revue des Deux-Montagnes, annoté par Claude-Henri Grignon, no 5, octobre 1996, p. 43-65.

Répertoire des Actes de baptêmes, mariages et sépultures (R.A.B.), P.R.D.H.

The Vindicator, 15 avril 1834, 25 avril 1834.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *