Assemblée bureaucrate à Sainte-Thérèse

En date du 9 avril 1834, le journal constitutionnel L’Ami du Peuple publie l’annonce suivante : « Les habitants de la paroisse de Sainte-Thérèse de Blainville, comté de Terrebonne et de ses environs, opposés à l’esprit des résolutions adoptées récemment par la Chambre d’assemblée sur l’état de la province, sont priés de s’assembler à la porte de l’église de la dite paroisse Sainte-Thérèse jeudi à midi le 10 avril courant, pour prendre en considération les moyens de contrecarrer la tendance des dites résolutions, et décider sur d’autres matières d’importances ». Le petit encart est signé par 23 personnes.

L’assemblée dont il est question est d’une importance capitale pour les comtés de Terrebonne et Deux-Montagnes. En effet, elle est l’une des premières à se tenir, à la suite de l’adoption des 92 Résolutions plus tôt en 1834 par la députation patriote en Chambre.

Le rassemblement loyal se tient donc au village de Sainte-Thérèse, le 10 avril 1834. C’est Janvier D. Lacroix, seigneur de l’endroit, qui est appelé au fauteuil et un certain M. Piché au poste de secrétaire. Après un discours du président de l’assemblée afin d’expliquer aux gens le but de l’événement, quelques messieurs sont invités à prendre la parole afin d’entretenir la foule sur les affaires du pays. Parmi ceux-ci, on retrouve notamment Eustache-Antoine Lefebvre de Bellefeuille, coseigneur de la Rivière-du-Chêne, qui propose les trois premières motions. L’assemblée bureaucrate de Sainte-Thérèse adopte ensuite 13 résolutions, principalement dans le but de dénoncer les 92 Résolutions du Parti patriote.

La onzième résolution est particulièrement intéressante. Ainsi, le docteur R. Buchanan propose « que nous croyons devoir offrir nos sincères remerciements aux membres de notre Chambre d’assemblée qui ont composé la minorité lors de la passation des 92 Résolutions; pour leur conduite indépendante, constitutionnelle et vraiment patriotique; et que nous regrettons beaucoup que la majorité de cette Chambre, avec de bons talents, les ait fait servir à favoriser les vues ambitieuses de quelques individus qui n’ont que trop réussi à faire des dupes dans et hors la Chambre, et que par leur conduite, risquent de déverser des maux incalculables sur leur pays maintenant heureux ».

La douzième motion propose la formation d’un Comité permanent à l’instar du mouvement patriote, mais celui-là dans le but de « correspondre avec le Comité central de Montréal, aux fins de dresser et faire signer une adresse basée sur ces résolutions, pour être mise au pied du trône de notre bon souverain ». Les membres qui forment le dit comité sont Janvier D. Lacroix, Eustache-Antoine Lefebvre de Bellefeuille, John McKenzie, Charles F. Grece, Charles Bouc, François Gratton et François-Joseph Gratton. L’assemblée se termine enfin par des remerciements adressés aux messieurs Lacroix et de Bellefeuille pour leur implication lors de cet événement. Près d’une centaine de personnes apposent leur nom au bas des procédés de la dite assemblée qui donne le ton aux rassemblements loyaux dans le comté de Terrebonne en 1834.

Références :

L’Ami du Peuple, 9 et 19 avril 1834.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *